Album photographique sur les monuments patriotiques en Bulgarie



Retour à la page d'accueil
Loin d'avoir fait " table rase du passé " et loin de ne vanter que les communistes, les dirigeants bulgares socialistes ont déifié au possible les " héros de la patrie " et magnifié la bravoure et l'âme du peuple bulgare. A travers ce mécénat d'Etat, il est possible de retracer toute l'histoire officielle de l'" Etat bulgare " : sa fondation par le khan Asparukh (photo 5), l'asservissement sous le " joug byzantin " (photo 4), l'asservissement sous le " joug ottoman " (photo 9), l'organisation des révoltés Bulgares (photo 3), l'élan de la grande révolte de 1876 (photos 1, 2, 10 et suivantes), la " Guerre de libération " (guerre russo-turque de 1878) - photo 8. Certains de ces monuments font toujours l'objet de commémorations et accueillent parfois des dirigeants étrangers (comme le montre la photo 8 lors de la venue du président de la Fédération de Russie Vl. Poutine à Stara Zagora).
Le cavalier Benkovski, ville de Koprivchtitsa1)Benkovski participa à la grande insurrection de 1876, qui fut un désastre.
Le cavalier Benkovski, ville de Koprivchtitsa2) Sur la pierre : " à G. Benkovski, le héros, le brave avec une pensée inscrite sur le front, l'étendard de l'exploit, l'âme de la grande œuvre, l'homme qui a donné le signal fatal et qui a choisi de mettre sur son chemin bravement tout le peuple ".
Le Héros national Vassil Levski, ville de Stara Zagora3)Vassil Levski est le Héros national de la Bulgarie, révolutionnaire romantique il est pendu par les Ottomans avant d'avoir pu déclencher une révolte générale.
Le roi Samuel meurt de désespoir, village de Klutch4)XIème siècle, les troupes bulgares sont massacrées par les Byzantins, les prisonniers reviennent les yeux crevés, le Roi bulgare succomba à cette défaite.
Le Khan Asparukh, ville de Pliska5)Le Khan Asparukh est le fondateur de "l'Etat Bulgare", venu du Nord Caucase il traversa avec sa Tribu le Danube en 681.
Le soldat inconnu, ville de Stara Zagora6)Monument aux morts de la ville de Stara Zagora.
Stara Zagora7)
Le drapeau de Samara, ville de Stara Zagora8)Visite de Poutine au "Drapeau de Samara" monument construit en l'honneur des soldats russes tombés pour libérer la Bulgarie en 1878.
Un Haïdouk, ville de Melnik9)Un Haïdouk, symbole de l'opposition au " maître ottoman "
Monument de Khristo Botev, ville de Kalofer 10)Quand Marx et Engels en 1848 publièrent le Manifeste du Parti Communiste, peu de personnes eurent l'occasion de se familiariser avec leurs idées contenues dans ce petit livre. Cependant , bien loin de Paris , Londres et Berlin, à l'autre bout de l'Europe, un Bulgare, Khristo Botev (1848 -1876) eut vent du socialisme scientifique. Révolutionnaire engagé dans la révolte manquée de 1876, il partit libérer sa patrie contre le " joug étranger ", comme toute sa génération de jeunes révoltés il fut battu et mourut en combattant.
Monument de Khristo Botev, ville de Kalofer 11)Inscription :" J'ai foi dans l'union de toutes les forces du genre humain de la Terre, pour créer le bonheur . J'ai pour religion le communisme unitaire et mondial, réparateur des malheurs de la société. J'attends le réveil des peuples et le stade futur communiste du Monde entier ".
Monument de Khristo Botev, ville de Kalofer12)Le cliché montre comment les dirigeants " socialistes " ont habilement exploité les citations du héros et comment la révolte de 1876 peut ainsi être représentée comme une étape vers la révolution socialiste, au côté de l'insurrection " anti-fasciste " de 1923 et la prise de pouvoir de 1944.
La mère de Khristo Botev13)Le culte des mères a abouti à construire aussi des statues pour les mères des héros.

Retour à la page d'accueil